Météo Marées Guide du visiteur

Recherche scientifique

Avec sa biodiversité exceptionnelle, le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent a de quoi captiver les chercheurs !

Un laboratoire à ciel ouvert

Pour bien protéger, il faut bien connaître. La recherche scientifique est un outil indispensable qui permet de mesurer l’efficacité de la protection de la biodiversité. Elle permet aussi d’identifier des moyens d’atténuer les impacts de l’activité humaine sur le milieu marin.

Les réponses sont sous nos yeux

Chaque année, les scientifiques du milieu universitaire, de Parcs Canada, de la Sépaq et d’autres précieux collaborateurs ne manquent pas de patience ni de curiosité et ont un excellent sens de l’observation. Grâce à leur travail, ils repoussent les limites de l’inconnu. Que ce soit pendant quelques mois ou quelques années, les suivis réalisés sont une source importante de connaissance.

Les bélugas sous observation

En collaboration avec la Sépaq, l’équipe de Parcs Canada étudie les bélugas dans 2 secteurs précis du parc marin : l’embouchure du Saguenay et la baie Sainte-Marguerite. Ils sont fréquentés chaque été par des troupeaux d’adultes et de baleineaux. Les connaissances acquises et le précieux appui de la population locale nous aideront à mieux protéger ces magnifiques mammifères marins.

Étudier les plus petits pour comprendre les plus grands

À bord du bateau L’Alliance, les scientifiques de l’équipe de Parcs Canada sillonnent le parc marin pour étudier ce qui est au menu des baleines, des phoques et des oiseaux. Avec un équipement spécialisé, ils détectent le krill et les poissons sous la surface de l’eau. La protection du milieu de vie des baleines en péril comme le béluga et le rorqual bleu nécessite une bonne compréhension de la nourriture disponible pour ces géants fragiles. Les premiers résultats de cette étude ont contribué à identifier les aires d’alimentation les plus utilisées par les rorquals.

Bateau-Alliance_Mathieu-Dupuis(1)

Faire la différence, ensemble

Grâce aux informations recueillies par les équipes de recherche, l’industrie du transport maritime a accepté de collaborer en réduisant la vitesse des navires dans les principales aires d’alimentation afin de réduire les risques de collisions avec les baleines.

À l’initiative de Parcs Canada et de Pêches et Océans Canada, un groupe de travail propose des mesures concrètes de protection pour les baleines. Les pilotes des navires marchands et des paquebots sont invités à adapter leur navigation dans les secteurs fréquentés par les baleines. Ils accordent une attention particulière à la présence des animaux, ralentissent dans les aires d’alimentation et évitent de naviguer dans le secteur le plus fréquenté par les rorquals bleus.

Les groupes de concertation jouent un grand rôle. Ils contribuent à approfondir les découvertes, mais aussi à trouver et appliquer des solutions pour un avenir.