Météo Marées Guide du visiteur

Protéger

Le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent protège des écosystèmes exceptionnels où près de 2 200 espèces animales et végétales ont été observées.

Plusieurs mesures sont en place pour que tous ensemble nous fassions une différence.

Règlement sur les activités en mer

Le Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent encadre les activités en mer afin de protéger les mammifères marins, dont les espèces en péril comme le béluga et le rorqual bleu.

Peu importe votre type d’embarcation (bateau, voilier, kayak, planche à pagaie, etc.) ou d’activité (plongée, pêche, natation, etc.), vous avez la responsabilité de connaître et de respecter le Règlement.

Comment naviguer sans déranger ?

En navigant dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, vous êtes dans l’habitat des mammifères marins.

Lorsqu’un mammifère marin s’approche ou qu’il est près de vous, votre présence peut le déranger et lui faire modifier ses comportements normaux. Il peut arrêter de s’alimenter, de se reposer, de prendre soin de ses petits ou encore modifier son rythme de plongée pour respirer.

En tout temps et peu importe le type d’embarcation, il est interdit de déranger les mammifères marins. Déranger signifie :

  • Nourrir ou toucher un mammifère marin.
  • Entrer dans l’eau pour nager ou interagir avec des mammifères marins.
  • Faire jouer, sous l’eau, des chants ou cris de baleines ou tout autre bruit qui y ressemble.
  • Séparer un groupe de mammifères marins ou passer entre un adulte et son veau.
  • Encercler une baleine ou un groupe de baleines entre un bateau et la côte ou entre plusieurs bateaux.
  • Interrompre, modifier ou perturber les comportements normaux sociaux de nage, ventilation, plongée, repos, alimentation, allaitement et reproduction.
Pictogramme triangle rouge qui pointe vers le bas pour représenter le panneau routier cédez le passage. Une baleine est positionnée au centre du triangle.
Cédez le passage aux baleines.

Quoi faire en présence d’espèces en voie de disparition ?

Les espèces en voie de disparition qui fréquentent régulièrement le parc marin sont le béluga et le rorqual bleu. Rarement, des baleines noires peuvent aussi venir dans le parc marin, il s’agit aussi d’une espèce en voie de disparition.

Si votre embarcation se trouve à moins de 400 mètres d’une espèce en voie de disparition, vous êtes en infraction. Que faire ?

  • Gardez un cap
  • Éloignez-vous à plus de 400 mètres*

 

* 400 mètres représentent 4 terrains de football.

Pictogramme rectangulaire illustrant les 3 espèces en voie de disparition qui fréquentent le parc marin et le texte 400 mètres qui représente la distance à conserver entre ces baleines et une embarcation.

Quoi faire en présence de bélugas ?

En embarcation à moteur ou à voile

Lorsque vous vous retrouvez à moins d’un demi-mille marin d’un béluga :

  • Maintenez une vitesse constante de 5 à 10 nœuds
  • Conservez une distance minimale de 400 mètres
  • N’arrêtez pas et gardez un cap

En kayak ou planche à pagaie

Lorsque vous êtes à moins de 400 mètres d’un béluga : vous êtes en infraction. Que faire ?

  • N’arrêtez pas et gardez un cap
  • Restez groupés et continuez à pagayer
  • Éloignez-vous jusqu’à ne plus les voir
  • S’il est difficile de les distancer, rapprochez-vous de la côte
Illustration d'un horodateur de bateau à moteur. Une zone en vert est identifiée entre 5 et 10 noeuds pour représenter la vitesse à conserver à proximité d'un groupe de béluga lorsqu'une embarcation navigue dans le parc marin.

Quoi faire en présence des autres espèces ?

Si vous vous retrouvez à moins de 200 mètres* d’une autre espèce de baleine que celles en voie de disparition : vous êtes en infraction.

Que faire ?

  • Restez stationnaire jusqu’à ce que la baleine plonge ou soit à plus de 200 mètres, puis éloignez-vous.

 

Si vous êtes entre 200 et 400 mètres d’une de ces baleines :

  • Gardez un cap et conservez une vitesse minimale de manœuvrabilité.
  • Il est interdit d’effectuer des arrêts, des départs ou des changements de direction à répétition.

 

*200 mètres équivaut à 2 terrains de football.

Pictogramme carré de signalisation qui indique la distance de 200 mètres à conserver en tout temps en navigant dans le parc marin.

Zone d'observation

Une zone d’observation est mobile et s’étend sur un rayon d’un demi-mille marin autour d’un bateau en mode d’observation. Un secteur d’observation est constitué de deux zones d’observation ou plus qui sont contiguës ou se chevauchent.

  • Le mode d’observation est en place lorsqu’on s’approche à moins de 400 mètres d’une baleine qui n’est pas en voie de disparition afin de l’observer.
  • La vitesse maximale dans une zone d’observation est de 10 nœuds.
  • Un bateau ne doit pas demeurer plus d’une heure dans une zone ou un secteur d’observation.
  • Un bateau doit attendre au moins une heure avant de revenir dans une même zone ou secteur d’observation.
zone observation-v3

Limites de vitesse

  • À l’intérieur des limites du parc marin, la vitesse maximale est de 25 nœuds.
  • À l’embouchure du Saguenay, du 1er mai au 31 octobre, la vitesse maximale est de 15 nœuds.
  • Devant la baie Sainte-Marguerite, il est fortement recommandé de conserver une vitesse entre 5 et 10 nœuds.

Équivalence des vitesses* :

  • 5 nœuds = 9,26 km/h = 5,75 mph
  • 10 nœuds = 18,52 km/h = 11,50 mph
  • 15 nœuds = 27,78 km/h = 17,26 mph
  • 25 nœuds = 46,30 km/h = 28,77 mph

* Les vitesses sont mesurées en rapport au fond marin.

Carte de l'embouchure de la rivière Saguenay illustrant la zone 15 noeuds du 1er mai au 31 octobre.
À l'embouchure de la rivière Saguenay, la vitesse maximale est de 15 nœuds pour la période de mai à octobre.

Activités interdites dans le parc marin

À l’intérieur des limites du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, il est interdit :

  • de se placer sur le chemin d’une baleine, de manière à ce qu’elle passe à moins de 200 mètres du bateau (400 mètres s’il s’agit d’un mammifère marin en voie de disparition ou menacé) ;
  • d’utiliser l’action du vent, des vagues ou du courant pour s’approcher à moins des distances spécifiées des mammifères marins ;
  • d’utiliser une motomarine ou un aéroglisseur ;
  • de survoler le parc à une altitude de moins de 609,6 mètres (2 000 pieds), d’y amerrir ou d’y décoller en aéronef à moins d’être titulaire d’un permis ;
  • d’utiliser un drone à des fins récréatives au-dessus des limites du parc marin ;
  • de pratiquer un sport nautique de traction ;
  • d’offrir un service commercial lié à la chasse aux oiseaux migrateurs.
Pictogramme d'un rond rouge représentant l'interdiction d'utiliser un drone dans le parc marin.
Drones au-dessus de l'eau.
Pictogramme d'un rond rouge représentant l'interdiction de naviguer avec une motomarine dans le parc marin.
Motomarine.
Pictogramme d'un rond rouge représentant l'interdiction de pratiquer un sport de traction motorisé dans le parc marin.
Sports de traction motorisés.

En cas de disparité, le texte du Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent prévaut sur les informations données sur cette page.

À l’extérieur des limites du parc marin sur le fleuve Saint-Laurent, le Règlement sur les mammifères marins s’applique.

Bélugas du Saint-Laurent vus à la surface.
Bélugas du Saint-Laurent vus à la surface.

Baie Sainte-Marguerite

Située au cœur du fjord du Saguenay, la baie Sainte-Marguerite est un lieu de naissance pour les bélugas du Saint-Laurent. Votre présence peut détourner leur attention et réduire le temps qu’ils passent à prendre soin des petits, s’alimenter et se reposer. Cet endroit est protégé pour assurer leur tranquillité.

Carte représentant le secteur de la baie Sainte-Marguerite dans le fjord du Saguenay.
Baie-Sainte-Marguerite : zone interdite du 21 juin au 21 septembre.

Zone interdite

Du 21 juin au 21 septembre, il est interdit pour les embarcations de pénétrer dans la baie Sainte-Marguerite du fjord du Saguenay. Une autorisation spéciale est accordée aux kayaks, canots et aux pêcheurs récréatifs qui doivent circuler sans arrêt le long d’un couloir longeant la rive à moins de 10 mètres dans les secteurs peu profonds à l’intérieur de la baie.

Zone de transit

Il est fortement recommandé aux navigateurs de circuler sans arrêt entre 5 et 10 nœuds dans la zone de transit devant la baie.

Voyez comment naviguer à proximité de la baie Sainte-Marguerite.

Il est possible d’observer les bélugas qui fréquentent la baie Sainte-Marguerite, et ce, à partir de la rive en visitant ce secteur du parc national du Fjord-du-Saguenay. Un membre du Réseau Découverte du parc marin.

logo

Êtes-vous prêt à naviguer ? 

Obtenez la réponse en complétant la formation Naviguer dans l’habitat des baleines.

Elle est gratuite, adaptée à votre type d’embarcation et prend peu de temps.